Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 13:30

 

          Chaque année, et pour sa trente-sixième édition, se tient au Mans un  impressionnant salon du livre à l'enseigne de la 25 éme heure du livre. Le quotidien local "Le Maine libre" organise en parallèlle un prix des lecteurs pour lequel mon épouse a candidaté et été sélectionnée. (ici quelques vidéos) Une grande partie de son été a été consacré à la lecture; je reproduis ci-dessous, de façon impressionniste, ses commentaires: pour une fois que j'apprécie quand elle se fait "critique" ...

 

Liste des livres en "compétition" :

 

La saison de l'ombre, de Léonora Miano

Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre

Le divan de Staline,  de J-D. Baltassat

Sanderling, d'Anne Delaflotte Mehdevi

Sulak, de Philippe Jaenada

Trois grands fauves, de Hugo Boris

Bel-Air, de Lionel Salaün

Kinderzimmer, de Valentine Goby

 

 

«Il y a des livres qui cognent, collent à la peau, s'agrippent à notre mémoire, à notre âme et notre coeur souvent....

Bruno Sulak "parce que" ... J'ai un faible pour le "mauvais garçon au coeur lourd", p'tit voleur de mobylette qui en a payé le prix ... gosse de quartier et de cité, au nom qui siffle comme une balle de révolver, solitaire et crâneur avec classe. C'est l'enfant perdu venu d'ailleurs, qui se doit de toujours prouver qui il est, bandit des grands chemins qui meurt sur le bitume!!!

La cité de Bel-Air se marie avec toi Sulak, comme les mères Africaines (La saison de l'ombre) avec les femmes de Kinderzimmer. Femmes de tous pays, unissez-vous...les larmes insupportables sur vos si beaux visages et cette force maternelle qui vous tient DEBOUT... Je vous ai tant aimées, belles résistantes....

J'ai eu du chagrin pour les trois petits garçons aux noms pourtant si prestigieux, emmurés par le manque d'amour paternel. Danton, Churchill, je m'attarderai moins sur Hugo ... (Trois grands fauves).

Quant à ceux qui ont, quelque part sur le front en 1914, croisé le regard de mon grand-père, durant quatre longues années, je pleure encore avec vous et pour vous, devant les monuments aux morts qui "fleurissent" dans nos villages. Je me souviens de cette si belle phrase gravée sur une stèle à St-Affrique dans l'Aveyron :" Dites à vos enfants de ne jamais désespérer de la vie, puisque dans la mêlée d'une telle époque, nous avons pu nous comporter HONORABLEMENT".....Ce ne fut pas le cas pour tous, n'est-ce-pas cher officier Henri! (Au revoir là-haut).

Se pose enfin sur la pointe de ses ailes Sanderling ... au vol si doux, au rythme lent parfois ...."douceur musicale des mots dont la joie est une vertu dit-elle ", je termine avec cette magnifique phrase du livre :"Il ne faut pas rester seul, jamais. Polka ,Germain,Ladona et Paul, la maisonnée de Landry, celle de Merlin et celle d'Alba se retrouvent tous les soirs chez les uns ou les autres. L'un d'eux arrête de rire net parfois, sidéré que dans ce contexte de menaces et d'exil, ils puissent avoir autant de joie à être ENSEMBLE".

Merci à Sanderling qui m'a réconciliée, le temps d'une lecture, avec le monde et qui écrit dans ses pages:"puisqu'il y a donc au moins un moineau pour avoir de l'espoir".

Je conclurai en disant que j'ai parfois trouvé inconfortable de m'asseoir sur (le divan de Staline), même si j'aime tant la Russie.

 

Et surtout, MERCI à Frédérique*, je les ai tous aimés et c'est rare.....»

 

Si vous voulez savoir si l'ensemble du jury partagera sa vision et qui remportera la prix, rendez-vous au pied de l'exceptionnelle muraille gallo-romaine du MANS, ce week-end du 11-12 octobre...

 

*NB : sur son blog, vous trouverez,  avec le nom des éditeurs, résumée en trois lignes, une présentation  "professionnelle" de chaque ouvrage.

 

 

Vue du Mans, par mon épouse, la RENTRÉE LITTÉRAIRE

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Celek
  • Celek
  • : ma vie, mon oeuvre,mes coups de G...
  • Contact

Texte Libre

Pour me suivre au quotidien

sur TWITTER Twitter-29A.png

Recherche