Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 12:58
     Lecteur, si tu penses trouver de la gaudriole, ne perds pas ton temps à lire ce qui suit, sous ce titre volontairement racoleur ; il ne s'agira pas non plus de la non moins ambiguë émission de télévision éponyme (terme savant utilisé ici de façon erronée pour frimer ); pas d'illustration non plus, désolé !
 
 
Longtemps j'ai méprisé négligé les gens, les autres,
- qu'ils soient différents, socialement d'un autre niveau, au-dessus ou en dessous, vieux quand j'étais jeune, jeunes maintenant que je ne le suis plus, etc.
 - les filles, car elles parlaient trop pour ne rien dire et s'intéressaient avec excès à leur aspect extérieur,
- les garçons, parce qu'ils étaient trop cons... et se comportaient bêtement, brutalement et sans le vrai courage des filles.
Bref  misanthrope comme un adolescent je ne me sentais à l'aise nulle part...
Comme je l'ai déjà raconté ailleurs - Twitter ou Facebook - j'ai cru qu'en arrivant en faculté, entouré de bacheliers, j'allais baigner dans une ambiance d'un haut niveau intellectuel avec la crème des "sélectionnés"; même si "68" m'a ouvert les yeux politiquement, mon inconscient m'a toujours dit de me méfier des grandes théories doctrinales simplificatrices et universelles, toujours démenties par l'Histoire ou la science; comment peut-on être sûr de quoi que ce soit quand on regarde un peu en arrière ce que sont devenues les grandes évidences des générations antérieures? Alors les prétentieux avec leurs certitudes confortables...
 
Timide, orgueilleux, mollement souvent loin des extrêmes mais contre les majorités moutonnières je n'avais pas d'amis que d'épisodiques relations de confiance.
 
Mes activités professionnelles me montrant l'humanité sous ses moins beaux atours, j'aurais pu persévérer dans cette vision pessimiste et étriquée de l'enfer.
Heureusement à fréquenter les extrêmes sociaux de notre pays, des ministres, experts, notables aux plus malheureux, démunis, malades, j'ai enfin compris que partout il y avait des gens dignes d'estime...et souvent même, parmi ceux contre lesquels, des deux bords, j'avais des a priori ; je sais les préjugés, pour un juge, c'est mal !
 
Mais la nécessité d'indépendance professionnelle, la crainte de favoriser une trop grande "compréhension" me retenaient d'approfondir ou de trop signaler mes sympathies individuelles; ne pas être manipulé, instrumentalisé, suspecté de partialité; toujours cacher ses préférences, comprendre les deux opposants d'un procès, chacun souvent sincèrement convaincu de sa bonne foi, tout me conduisait à garder de la distance.
 
Aujourd'hui la femme de ma vie (merci Nad) et la retraite me donnent l'occasion de moins me méfier des autres, de passer au-dessus des idées préconçues, de voir le monde avec des lunettes plus roses...
 
Et je ne le regrette pas : ici ou là, virtuellement ou pas, je croise avec intérêt des "autres", alter ego ou pas, qui m'apportent leur vision du monde; je pratique modérément la fraternité humaine en échangeant quelques mots avec mes semblables à la caisse d'un hypermarché, je parle à des inconnus: même les réactions de rejet sont intéressantes, entre la mère qui vous regarde comme un pédophile si vous faites risette à son bambin,  celle qui pense que vous draguez ou de celui qui croit que vous avez quelque chose à vendre.
 
Le monde est-il donc partagé entre les "méfiants" et les inconscients fraternels? ...Elle est pourtant belle la cible "aime ton prochain comme toi-même !
 
 
    Je ne suis pas bien fier de ces aveux qui ne sont que des évidences pour un grand nombre; mais je ne regrette pas d'avoir été ce que j'étais, ni d'être devenu ce que je suis, c'est ça aussi "évoluer" même sans précocité . CQFD
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Celek
  • Celek
  • : ma vie, mon oeuvre,mes coups de G...
  • Contact

Texte Libre

Pour me suivre au quotidien

sur TWITTER Twitter-29A.png

Recherche